AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 K. [pronnoncer "Kay" A l'anglaise, merci]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
K

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 28
Localisation : Dans tes songes . . .
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: K. [pronnoncer "Kay" A l'anglaise, merci]   Ven 8 Mai - 20:12

Nota : c'est la première fois que je fais une fiche aussi longue, n'allez pas penser que je suis mega fortiche !

¤Présentation¤

¤Nom¤
Millegan

¤Prénom¤
Alice

¤Pseudo¤
K

¤Age¤
21 ans

¤Sexe¤
Féminin

¤Nationalité¤
Anglaise

¤Groupe¤
Enquêteur

-----------------------------------------------------

¤Description de votre personnage¤

¤Physique¤
Alice est en premier lieu, minuscule. Rares sont les personnes qu'elle dépasse. La majorité – voir la totalité – des gens la surplombe d'une tête ou plus. Il n'y a aucune raison à cette anomalie, Alice a juste cessé de grandir à l'âge de neuf ans, elle mesure donc aux alentours d'un mètre vingt-cinq, un mètre trente tout au plus. Vous comprenez donc la surprise de ces interlocuteurs lorsqu'elle annonce fièrement son âge ! Mais il y a quelque chose en la jeune fille qui laisse entrevoir son véritable âge. Quelque chose comme une énergie qu'elle dégage, une sorte d'aura émanant de sa personne. Ses cheveux d'un noir aussi sombre que le plumage d'un corbeau lui retombent avec allure au creux des reins. Ils ne sont pas vraiment crépus ni simplement ondulés. Leur texture est étrange : à la fois gras et fourchus, absolument pas soyeux mais pas sale pour autant. Cette drôle d'apparence est due surtout aux expériences que Alice multiplia sur son malheureux cuir chevelu. Quoi qu'il en soit, ces cheveux hors-normes coupés en un long dégradé sont très souvent attachés en queue de cheval haute, pour « les raccourcir ». La peau de la dénommée K est claire, que dit-je, elle est même d'une blancheur relevant de l'incolore. Une peau digne d'une albinos, je vous le dit ! Mais Alice est loin d'être albinos. Ses yeux continuellement exorbités sont d'un noir aussi sombre que celui de sa chevelure, tellement sombre que l'on ne distingue pas la pupille. Mais cette impression de maturité que les gens ont en voyant Alice est, après mures réflexions, surement due à l'expression de ses sourcils peu épais. Ils sont toujours relevés dans une pose impossible à tenir pour la plupart des êtres humains normaux, une pose qui donne à Alice un air constamment perplexe, comme si la jeune adulte passait ses journées à réfléchir. Sur le visage de la jeune Millegan se trouve une petite bouche, un petit nez. Finalement, beaucoup de chose chez cette jeune personne à était taillé chez les lilliputiens. Mais ne vous laissait pas abuser par ses airs enfantins et matures à la fois, Alice est capable de beaucoup.

¤Caractère¤
Tout d'abord, je tiens à le préciser, Alice est saine d'esprit. Oui oui, rien ne cloche dans sa petite tête. Donc pas de panique : aucune double personnalité, pas de troubles obsessionnels du comportement et pas de tics. Juste une intelligence anormalement supérieure à la moyenne et une sociabilité très faible. Et oui, la petite Alice n'apprécie pas beaucoup la compagnie. Elle trouve souvent les gens dénués d'intérêt ou stupide. C'est sûr qu'avec un quotient intellectuel de 193, il est compliqué de trouver des gens aussi intelligent que soit. La solitude n'ennuie pas du tout Alice, elle la trouve même apaisante, affectionnant le silence et ces moments vides où l'on ne pense rien. Face au danger, Alice peut faire preuve d'un recul incroyable, comme si rien ne pouvait atteindre son cœur qui semble souvent de glace. Mais détrompez-vous ! Cette « K » peut se montrer – rarement je vous l'accorde – très compréhensive et gentille, surtout auprès des enfants rejetés. Il faut dire qu'elle se reconnait beaucoup en ceux-là, ayant elle-même était mise à l'écart lors de sa jeunesse. Jeunesse dont Alice garde précieusement beaucoup de chose : quelques poupées de chiffon cachées dans sa chambre et des cadres photos importés de vacances lointaines. Mais passons sur le coté enfantin d'Alice. Le loisir favoris de celle-ci est la lecture. Ah quelles heures merveilleuses où elle s'abandonne aux pages de romans, où elle plonge avec délectation dans des histoires et univers tous plus rocambolesques les uns que les autres ! Alice peut passer des heures à lire. D'ailleurs, on trouve dans sa chambre aussi minuscule qu'elle une quantité considérable de bouquins, c'est une vrai bibliothèque ! Le second loisir de la jeune fille est la couture. Art que lui appris sa mère avec dévouement, cette activité empêche notre jeune personne de penser pendant quelques temps, mais peu aussi lui inculquer un recul et un raisonnement logiquement lié à la détente que lui procure ce travail. Alice s'est cousue plusieurs vêtements, tous orange car c'est sa couleur préférée. Mademoiselle Millegan n'a pas d'animal de compagnie, elle avait autrefois une tortue bien calme mais depuis sa mort, la jeune fille ne compte pas racheter dans un animal. Cette tortue devait être la personne sur Terre à avoir entendu le plus de choses sortir de la bouche de K, plus encore que ses parents ! Oui, entre nous, si vous voulez entretenir une conversation avec elle, autant prendre rendez-vous chez un psychiatre car, comme ce dernier, Alice n'ouvrira pas la bouche avant de vous lancer un « Au revoir » froid, vraiment très froid. Alice est une vraie gourde avec les autres. Elle n'a aucune conversation ça vous l'avez compris mais en plus elle peu se montrer vraiment maladroite. Donc Alice ne fera jamais un pas vers vous, à vous de l'aborder avec courage si vous voulez lui parler.

¤Histoire de votre personnage¤
« Je suis née un soir d'hiver. Il faisait vraiment très froid, un froid certes hivernal mais bien pire que celui des dernières années. Ma mère pourtant habituée au froid – logique lorsque l'on a vécu en Sibérie – trouva cette nuit-là plus glaciale encore que toutes les nuits qu'elle avait vécues. Il fait froid dehors, surtout quand on sait que l'on sera à jamais seule. Surtout quand notre conjoint, notre seul amour, le père de cet enfant qui va naitre vient de nous annoncer son départ. Et il fait si froid. Mais ce froid elle elle s'en fout, il est aussi glacé que son cœur et de toutes façons elle compte finir sa vie maintenant. Mais quelque chose en elle refuse. Une chose qui pousse, qui pousse de toute ses forces pour sortir. Alors elle s'accroupit dans la neige glaciale et souffre. Alors j'arrive. J'arrive sur la glace. Nous somme le 22 décembre 1988, dans un Londres enneigé, et là commence ma vie.
» Peu après ma naissance, ma mère reprend gout à la vie. Elle m'élève mais Londres n'est pas un terrain facile pour une mère seule et son enfant. Elle lutte. Elle connait la faim, celle qui dure des jours et qui vous tiraille le ventre avec une force indomptable. Nous n'avons pas de foyer, on dort dehors, dans les couloirs froids et souterrains du métro Londonien. On survit comme on peut. Et les années passent, je ne suis plus le nourrisson que ma mère allaitait avec tant de mal. Je deviens un enfant, un véritable être humain. Lors de mes quatre ans, et oui, déjà quatre ans que nous luttons ensemble, ma mère me pose au sol. Nous sommes devant une église de style gothique, c'est un peu flippant mais je suis habituée dors et déjà à la hauteur des bâtiments sous lesquels je dors, toute petite. Cette église se met à sonner. Un coup. Deux coups. Trois, quatre, puis cinq, puis six, sept, huit, neuf et enfin dix. Il est dix heures du matin. Ma mère me traine par la main et m'emmène dans ce lieu inconnu où personne ne parle. Mais y parait que l'on y parle à Dieu, un grand monsieur gentil et bon qui écoute tout le monde. Moi aussi je lui parle comme ça, dans ma tête. Ce jour là, à quatre ans, je prie pour la première fois.
» Je retourne à la messe tous les dimanches, pour prier et chanter avec les autres. Finalement, Dieu n'est peut être pas si inconsistant que ça car ma mère trouve un travail. Un vrai, avec un salaire à la clef et tout et tout. Elle devient couturière. Et voila comment commence mon histoire, celle avec un fil et une aiguille. Ma mère m'envoie à l'école où je suis vite rejetée par les autres. On me trouve bizarre, avec mes vêtements raccommodés et mon air surpris. Et oui, j'ai désormais six ans et déjà mes deux sourcils relevés et mes yeux sortant légèrement de leurs orbites. Mais j'apprends vite en classe, à lire, à écrire. Je lit même de plus en plus, bien plus vite et avec plus de plaisir que les autres élèves. Quand je ne suis pas en cours, ma mère m'enseigne se qui nous fait désormais vivre : la couture. Bientôt, je raccommode seule mes vêtements abimés. On se paye enfin un endroit où dormir, je m'habitue aux lits doux moi qui ai toujours dormi dans les rues. Nous semblons hors du temps, comme toutes droites sorties d'un film d'après guerre. Mais on vit ensemble, heureuses. Enfin. Mais ce salaud de Dieu n'a pas l'air d'aimer notre joie. Aussi s'empresse-t-il d'y mettre un terme
» Oui, les usines françaises ferment pour aller s'installer en Asie. Ma mère se retrouve au chômage et nous ne tardons pas à perdre notre nid douillet, faute d'argent pour le payer. Ce jour-là, ce soir où ma mère me conduisit à nouveau dans les rues de Londres, je savais que rien ne serait plus jamais comme avant. Oui j'avais gouté à l'ivresse de dormir dans un lit propre et confortable. Plus jamais je ne pourrais dormir dans les rues. Je ne dors pas. Ma mère non plus. Au petit matin, le contrôleur du métro nous fait déguerpir. Croyez-vous qu'il se serait risqué à nous donner une malheureuse pièce ? Non. Il ne nous dit même pas bonjour. Ma mère me prit la main. J'avais cessé de grandir depuis deux ans, j'en ai11 maintenant. Je suis une grande fille, comme se plait à me dire ma mère pedant notre marche. Mais où va-t-on ? Je ne sais pas. Ma mère marche à grande enjambées. Nous arrivons devant un aéroport bondé, il est portant très tôt. Ma mère s'agenouille devant moi et me donne un petit sac. Il y a dedans deux poupées et une photo d'un couple semblant heureux d'être en vacances, au bord d'une plage de sable blanc. Ma mère me pousse soudain dans l'avion. J'ai 11 ans, je ne suis pas si bête. Je sais que ma mère ne viendra pas. Je la vois marchander avec un monsieur en noir et lui donner quelques billets qui subsistaient dans son porte-monnaie. Le monsieur en noir s'approche de moi, il monte avec moi dans l'avion et se montre très gentil. Ma mère s'en ait aller. Puis l'avion décolle, le monsieur en noir est toujours à coté de moi. Il a attaché ma ceinture. Une voix retenti dans l'engin, annonçant un aller direct vers Los Angeles. Pour moi, c'est comme si la voix dans l'avion venait de me dire que je ne reverrai plus jamais ma mère.
» Nous arrivons à Los Angeles, moi et le monsieur tout en noir. J'apprends qu'il s'appelle Mattew et qu'il connait ma mère depuis quelques temps déjà. Dans ma tête, l'information ne fait qu'un tour : depuis quelques temps déjà, ma mère projetait de m'envoyer en Amérique. D'ailleurs, je n'y comprend pas grand chose à l'Amérique. Les gens parlent vite, les gens parlent fort, et tout le monde semble toujours pressé. Il me faut bien trois ans pour m'habituer à l'endroit. Je vis chez Mattew, il est très gentil, un peu sévère, il me fait office de père – celui que je n'ai jamais eu. Mattew m'envoie poursuivre mes études, elles coutent cher, je me demande comment avec quelques billet ma mère a pu payer mon éducation américaine. Je passe de longues années paisibles et monotones. Pendant l'été, Mattew m'emmène me promenait à Las Vegas et je vois quelques casinos. Ma vie me semble longue. Je me dépense dans l'informatique, la lecture et la couture. Je m'invente des histoires, encore pires que dans mes livres.
» Enfin viens ma majorité. Mattew me paye un logement, un petit loft en pleine ville et dans un gratte-ciel de Los Angeles. Je vais à la fac. Mais bientôt, seules les informations monopolisent ma vie. Les Kiras font leur apparition. Ils tuent. Un soir, Mattew me téléphone de chez lui : il a un job pour moi. Je ne comprend pas. Mais le lendemain, arrivée devant le Q.G. Américain de L. Bien sûr, j'ai entendu parler de L. Mais je ne veux pas y croire. Moi, entrer dans cette organisation ? Mattew lui n'en doute pas. Il commence à m'intriguer Mattew. D'abord, il est riche et maintenant il a des appuis chez L ! Je ne sais pas. Il m'intrigue vraiment. Et puis je ne sais pas comment, mais j'entre dans cette organisation. Je deviens une Enquêtrice, avec un grand E. Parait que c'est grâce au test de Q.I. et à ma logique incroyable.
» Voila. Depuis, je fait partie de « ça » et je vais toujours à la fac, mais moins. Ça ne m'a jamais passionné après tout. Mais la chasse aux Kiras est dure et dangereuse, même pour moi K. Pourquoi K ? C'est ma mère. Elle s'appelle Katerine. Elle s'appelait. Oui, cela fait une semaine. Une semaine qu'elle est vraiment partie. Elle est partie riche à se qu'il parait. Mais je n'ai pas reçu un sous. Il y a des fois comme ça où la vie reste incompréhensible. »


¤Ville¤

Los Angeles

¤Comment avez vous connu le forum ?¤
Grâce à Second Ragnarök. [merci, merci !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michihiro Kibe
PokéAdmin Soldat Voyant
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 27
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: K. [pronnoncer "Kay" A l'anglaise, merci]   Ven 8 Mai - 20:43

AHAHAHAH ! Nannn désolé je ris parce que j'ai faillit croire que t'avais réellement 11 ans (heureusement, ton profil avec tes 20 ans t'a vendue, hein !!)

Que dire après cela, à part que si t'avais vraiment 11 ans, de te préparer à vraiment être Enquêtrice avec un grand E dans la vie !

Une très bonne fiche pour le pas dire plus. J'ai relevé quelques fautes et j'ai un peu été chiffonné par le 193 de QI qui est un tout petit peu..élevé ? ^^ Simplement un petit rappel pour faire attention à ne pas faire un personnage réellement exceptionnel ou du "powergaming" comme dirai Arthur ^^.
Cependant, devant une fiche comme celle-ci et le travail que tu as effectué dessus, je me dois de faire profil bas et de t'accepter sans aucun soucis chez les enquêteurs ! Enfin, cool que tu sois allé à Los Angeles pour diversifier un peu les villes ! Tu sais que tu peux parfaitement voyager entre les villes si tu le souhaites !

Bref, un OUI sans aucun souci. J'ai reçu ton prénom et je valide ta fiche immédiatement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deathnoteworld.forumsactifs.com
K

avatar

Nombre de messages : 5
Age : 28
Localisation : Dans tes songes . . .
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: K. [pronnoncer "Kay" A l'anglaise, merci]   Ven 8 Mai - 23:25

Mais eeeuuuuuuh ! J'ai vraiment onzes ans ! J'ai juste mis l'âge du perso sur la fiche, vous pouvez voir un "22 décembre 1988" qui correspont parfaitement à l'histoire. Nah ! D'ailleurs si ça vous dérange tant que ça que j'ai l'âge de mon perso sur la fiche et pas le miens, je l'enlève* hein !

Sinon, rassurez-vous, je ne compte pas faire une persote completement parfaite, tellement intelligente qu'en deux temps trois mouvement elle kill Kira ! Nan bien sûr, comme tout le monde, K a ses failles . . .

Aussi, je me "prépare à être Enquêtrice avec un grand E" ! Et merci pour l'accueil les gars !




Attends . . . tu pensais que j'avais quel âge ?

*EDIT => De toute façons, quand j'ai voulu mettre mon âge sur la fiche il m'a fait (le site) : Vous ne pouvez pas vous incrire sur ce forum, veuillez contacter l'administrateur U_u' No comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michihiro Kibe
PokéAdmin Soldat Voyant
avatar

Nombre de messages : 62
Age : 27
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: K. [pronnoncer "Kay" A l'anglaise, merci]   Sam 9 Mai - 0:06

Sincèrement, j'ai du mal à te croire ! Mais si tu as vraiment 11 ans alors c'est tout à ton honneur d'écrire aussi bien ! ^^ (Et nan, ca ne nous dérange absolument pas que tu ait l'âge de ton perso sur ta fiche :p)

Quoiqu'il en soit et quelque soit ton âge, nous t'attendons en RP ! Bienvenue ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deathnoteworld.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: K. [pronnoncer "Kay" A l'anglaise, merci]   

Revenir en haut Aller en bas
 
K. [pronnoncer "Kay" A l'anglaise, merci]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le "parlé" provençal
» "phaeton" ou un rouspeteur qui dit merci!?!
» Que veut dire le mot "PNJ" s.v.p ?
» Alvise Contarini "la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu'amour"
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant tout... :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: